Archives for Médecin

SEXE DATE DE PÉREMPTION

SexeSeniors_500x100

Seniors: le sexe n’a pas de « date de péremption » !

C’est encore un énorme préjugé dans notre société, pourtant tellement libertine à d’autres égards : on ne parle pas de sexualité passé un certain âge, comme si sexe et vieillesse étaient incompatibles ! C’est pourtant totalement faux, comme le prouvent les chiffres. Ainsi, selon les dernières statistiques de l’Enquête de Santé (2013), trois-quarts des 55-64 ans ont encore des rapports sexuels.

Dans nos sociétés où les corps se doivent d’être jeunes et parfaits, il n’y a plus place pour le désir passé un certain âge. Du moins dans les mentalités. Parce que la réalité est bien différente, contrairement à ce qu’essaient de nous faire gober certains préjugés.
«Si on tape « sexualité» dans Google, on tombe sur une foule d’images de corps nus, jeunes et parfaits, dans toutes les positions possibles», note Sandrine Cesaretti, chargée de projets chez Espace Seniors, association du réseau Solidaris. «Puis, on refait l’exercice avec « sexualité» + «seniors»: on voit des gens certes encore très bien, mais… habillés et plutôt enlacés ! On est davantage dans la tendresse que dans la sexualité. On trouve même des images de main tenant des pilules érectiles ! C’est l’image que la société a du sexe chez les seniors…» Une représentation brutalement pudique, voire pudibonde, quand les corps se font vieillissants…
«L’image que nous avons des seniors est plutôt connotée négativement: rides, difficultés à se déplacer, canne, voire carrément des personnes grabataires», poursuit Mme Cesaretti. «C’est la représentation sociale que l’on se fait de la personne âgée, alors que la sexualité exigerait au contraire de beaux corps, jeunes et souples, pour pouvoir prendre des positions abracadabrantes.»

La réalité bien différente

Il y a trois ans, Espace Seniors lançait une campagne sur ce sujet encore tabou. Avec un joli succès à la clef : «A cette occasion nous avons rencontré beaucoup de seniors qui nous disaient que la sexualité ne s’arrête pas à 60 ou 65 ans. Elle n’a pas de « date de péremption », même s’il est vrai qu’il peut parfois y avoir de petits soucis physiques liés à l’âge.»
Alors, pourquoi nier l’évidence ? «La sexualité en soi demeure taboue, elle reste du domaine de l’intime.
Et encore plus chez les moins jeunes», analyse Sandrine Cesaretti. «Il est difficile d’imaginer que les personnes âgées ont encore une vie sexuelle. On ne se représente pas ses parents ni ses grands-parents en pleine partie de jambes en l’air.»
L’Enquête de Santé réalisée régulièrement par l’Institut scientifique de santé publique (ISP) révélait qu’en 2013, 78% des hommes de 55 à 64 ans et 70% des femmes de la même tranche d’âge avaient eu des rapports sexuels au cours des douze derniers mois. Selon une étude américaine, 72% des hommes de + de 80 ans se masturbent. Chez les femmes du même âge, le chiffre est de 42%.
«Une autre enquête réalisée lors du Salon Zénith (dédié aux 50+, Ndlr) montrait que 13% des visiteurs avaient des rapports 2 à 4 fois par semaine, 28% une fois par semaine et 30% une fois par mois », précise encore la chargée de projets d’Espace Seniors. «Il faut casser les stéréotypes. Ce n’est pas parce que l’âge avance que la sexualité s’arrête. Il faut parfois l’adapter, mais les besoins et les envies restent les mêmes: le désir d’être touché, d’être caressé. Nous avons énormément de témoignages en maisons de repos qui vont dans le même sens: les résidents regrettent que le seul toucher qui leur reste soit associé à la toilette et/ou aux soins. Le manque est réel, preuve que les besoins ne s’arrêtent pas.»
A noter : plus d’infos sur www.espace-seniors.be. L’association édite deux brochures («Seniors, le sexe, c’est bon pour la santé» et «Intimité et sexualité en maisons de repos») qui sont disponibles en téléchargement sur son site.

Ce n’est plus comme avant ? Parlez-en au médecin !

Les soucis sexuels dont peuvent souffrir les aînés, à commencer par les troubles érectiles chez l’homme, sont, eux, moins tabous depuis l’avènement de la ‘petite pilule bleue’ (suivie de « cousines » d’autres coloris). Le médicament a apporté une solution, mais il a surtout libéré la parole, des hommes et des épouses. Et c’est tant mieux car les petites difficultés mécaniques inhérentes à l’âge touchent jusqu’à un homme sur trois après 50 ans. «Ce n’est pas rare et c’est logique qu’après 50 ans, il faille plus de temps pour obtenir une érection, qu’elle soit plus difficile à maintenir, et qu’il faille être patient pour récupérer et obtenir une nouvelle érection», rassure Sandrine Cesaretti.

L’âge de ses artères

‘Osez en parler au médecin’ n’est pas qu’un slogan pub pour vendre davantage de petites pilules. D’abord parce qu’elles ne sont pas miraculeuses: «Le médicament est un facilitateur d’érection, mais il faut un objet de désir, ce n’est pas magique », rappelle notre interlocutrice. Ensuite parce que les troubles érectiles peuvent être le symptôme révélateur d’une maladie sous-jacente d’origine cardiovasculaire. Eh oui, on a l’âge de ses artères ! Evoquer le sujet avec son médecin traitant est donc aussi l’occasion de réaliser un bilan médical.
«Mais l’âge n’est pas la seule cause possible : pensons aussi au stress, à la baisse d’image de soi ; certains médicaments peuvent également avoir un impact sur les érections.»
Chez la femme subsiste par contre un cliché: celui de la ménopause qui marquerait la fin du désir et de la sexualité. «C’est faux qu’il n’y a plus de libido, même s’il y a une chute hormonale. Pour certaines femmes, c’est même tout à fait le contraire car la ménopause les libère (risque de grossesse, règles, Ndlr), ce qui accroît leur libido.»
Ici aussi, un dialogue avec le médecin généraliste et/ou le gynécologue (ou en planning familial, qui n’est pas réservé aux jeunes) est conseillé, par exemple en cas de petits soucis comme de la sécheresse vaginale qui peut occasionner des douleurs à la pénétration. L’usage d’un produit lubrifiant peut faciliter les choses.
Sudpresse – Cécile Vrayenne

MINI MENTAL STATE EXAMINATION (MMSE)

MINI MENTAL STATE EXAMINATION (MMSE)

MINI MENTAL STATE EXAMINATION (MMSE)

Ce questionnaire est destiné aux maisons de repos pour personnes âgées, aux maisons de repos et de soins et aux centres de soins de jour, pour leur permettre d’améliorer l’évaluation des patients désorientés dans le temps et dans l’espace.

Il peut être utilisé en cas de doute sur le classement d’un patient dément dans le score 2 ou 3 de l’échelle d’évaluation. Il sera également employé par les médecins ou les infirmières-conseils, notamment lors des visites de contrôle par les collèges locaux.

 

Si le patient obtient un résultat inférieur ou égal à 18/30, il peut sans contestation être classé en 3. S’il obtient un résultat supérieur à 18/30, il ne doit pas être d’office classé en ; d’autres éléments, notamment cliniques, peuvent être pris en considération qui justifient son classement en 3.

Consignes de passation et de cotation 

Retirez tous les supports avec les coordonnées temporelles du champ de vision (calendrier, horloge, …..).

Les questions sont posées d’une voix posée, intelligible et avec un débit lent. En cas d’incompréhension, répétez les questions. Toutefois, les items des questions 15 et 19 ne doivent pas être répétés.

 

ON PEUT SIGNALER UNE FAUTE MAIS ON NE PEUT JAMAIS DONNER LA REPONSE




Notez toutes les réponses ou réactions particulières ou inhabituelles ainsi que les items rappelés aux épreuves de mémoire.

 

Cotation: En présence d’une réponse fausse ou bizarre, en l’absence d’une réponse ou d’une réaction, on cote 0. Il faut mentionner si le sujet ne sait pas lire ou écrire, s’il présente des déficiences sensorielles (visuelles et/ou auditives), s’il souffre d’un trouble de la motricité manuelle (hémiplégie, …).

SCORE:

0 = réponse fausse, pas de réponse/réaction, réponse bizarre
1 = réponse correcte

*  =  Instructions pour la question:

Question 5

La cotation de la réponse à la question 5 (saison) peut varier en fonction de la période de l’année.
Si l’évaluation a lieu au mois de mars, la réponse correcte est «hiver ou printemps» ; au mois de juin, la réponse correcte est «printemps ou été» ; au mois de septembre, «été ou automne»; au mois de décembre, «automne ou hiver».

Question 9
Si l’évaluation a lieu au domicile, le sujet doit donner son adresse complète et exacte (permettant à un courrier postal d’être déposé).

Question 11
Les objets doivent être dénommés de façon précise. Toutefois, des termes d’usage local sont acceptables. Une description de la fonction constitue une réponse fausse. Ainsi par exemple “ça sert à lire l’heure” n’est pas correct.

Question 12
La phrase doit être émise lentement et distinctement en insistant sur chaque partie. Le score de 1 n’est attribué que si tous les mots sont répétés.

Question 13
Si lors de la première répétition, il y a des mots omis ou erronés, il faut redonner les 3 mots jusqu’à ce que le sujet les répète correctement. Arrêtez à la 5ème présentation.

Question 14
Notez la réponse. Donnez 1 point par soustraction exacte, c’est à dire lorsque le pas de 7 est respecté quelle que soit la réponse précédente. Score maximum = 5 points.

Question 16
Le sujet ne doit pas nécessairement lire l’instruction à haute voix. Par contre, s’il effectue la lecture sans fermer les yeux, il faut lui repréciser “ Faites ce qui est écrit”. En l’absence d’une réaction et si on suspecte un illettrisme, l’interroger à ce sujet.

Question 17
Chaque figure doit avoir 5 côtés et 5 angles. Le chevauchement des 2 figures doit avoir 2 points d’intersection et former un losange. En l’absence d’un de ces critères, cotez 0.

Question 18
Présentez une feuille de papier blanc. Après l’exécution de la consigne, demandez au sujet ce qu’il a écrit. La phrase doit être compréhensible et comporter au minimum un sujet et un verbe. L’orthographe et la grammaire n’ont pas d’importance. Des expressions comme “au secours” ou “allez-vous en” sont considérées comme correctes.

Question 19
Assurez-vous que le sujet est attentif, puis énoncez d’abord lentement et clairement les instructions, ensuite donnez la feuille au sujet. Les instructions ne doivent pas être répétées. Le sujet ne peut pas être aidé. Cochez chaque action effectuée dans le bon ordre. Notez le nombre total d’actions réalisées correctement.

Mini Mental State Examination (MMSE)





(Adaptation de la version Camdex R/Néerlandais (Derix et al.) et de la version  francophone GRECO (Desrouesné et al.)

Je vais vous poser quelques questions pour apprécier comment fonctionne votre mémoire et votre concentration. Les unes sont très simples, les autres un peu moins. Vous devez répondre le mieux que vous pouvez à chaque question.

 

Orientation temporelle

Score
1 Quel jour de la semaine sommes-nous?                                                                                         0,  1 ./1
Quelle est la date d’aujourd’hui ? La réponse permet de coter les questions 2 à 4.
2 Quelle date sommes-nous ?                                                                                                          0,  1 ./1
3 Quel mois sommes-nous ?                                                                                                           0,  1 ./1
4 En quelle année sommes-nous  ?                                                                                                 0,  1 ./1
5 En quelle saison sommes-nous ?*                                                                                                0,  1 ./1
 

Orientation spatiale

 
6 Pouvez-vous me dire où nous sommes maintenant ? Dans quel pays sommes-nous ?                      0,  1 ./1
7 Pouvez-vous me dire où nous sommes maintenant ? Dans quelle province sommes-nous ?             0,  1 ./1
8 Dans quelle ville/village sommes-nous maintenant ?                                                                      0,  1 ./1
9 A quel étage sommes-nous dans ce bâtiment ? (ou dans quelle partie du bâtiment sommes-nous ?) 0,  1 ./1

.

10 Où sommes-nous ? Comment s’appelle ce bâtiment ? A quelle adresse sommes-nous ? *            0,  1 ./1
  Langage: Expression – Dénomination  
11 Montrez un crayon: Qu’est-ce que c’est ? Quel est le nom de cet objet ? *                                       0,  1

Montrez une montre: ? Qu’est-ce que c’est ? Quel est le nom de cet objet ?                                    0,  1

 

./2

 

Langage: Expression – Répétition

 
12  Ecoutez bien et répétez après moi:  « Pas de mais, de si, ni de et »                                             0,  1 ./1
  Mémoire: Apprentissage  
13 Je vais vous donner trois mots. Je voudrais que vous me les répétiez et que vous essayiez de les retenir. Je vous les redemanderai tout à l’heure.
Donner les trois mots groupés, un par seconde, face au sujet, en articulant bien. * Compter un point par mot répété correctement au premier essai. Notez le nombre total de mots répétés.

CITRON
CLES

BALLON                                                                                                                            0,  1,  2,  3

 

 

 

 

 

./3

 

Attention/Concentration

 
14a

 

 

 

 

 

 

 

14b

Comptez à partir de 100 en retirant 7 à chaque fois jusqu’à ce que je vous arrête. Il faut retirer chaque fois 7 du résultat. *  Notez la réponse.

93

86

79                                                                                                                           0,  1,  2,  3,  4,  5

72

65

Pouvez-vous épeler le mot MONDE à l’envers en commençant par la dernière lettre ?    0,  1,  2,  3,  4,  5

NOTEZ LE SCORE TOTAL LE PLUS ELEVE OBTENU A L’UN DE CES DEUX ITEMS

 

 

 

 

 

 

 

 

./5

  Mémoire: Rappel  
15 Quels étaient les trois mots que je vous ai demandé de répéter et de retenir tout à l’heure ?

CITRON     CLES      BALLON                                                                                                0,  1,  2,  3

 

./3

  Langage: Compréhension du langage écrit  
16 Tendre la feuille avec le message. Voulez-vous lire et faire ce qui est écrit ? ‘Fermez les yeux’ *     0,  1 ./1
  Praxies constructives / Recopier et dessiner  
17 Tendre la feuille de papier avec les deux pentagones: Voulez-vous recopier ce dessin le plus correctement possible ? *

0,  1

 

 

./1

  Langage écrit: spontané  
18 Voulez-vous m’écrire une phrase, ce que vous voulez mais une phrase entière ? *                             0,  1 ./1
  Praxies idéatoires  
19 Poser une feuille de papier blanc sur le bureau, la montrer au sujet en lui disant : Ecoutez bien et faites ce que je vais dire, prenez ce papier dans la main droite, pliez-le en deux et posez-le sur vos genoux. * Main droite

Pliage

Genoux                                                                                                                               0,  1,  2,  3

 

 

 

./3

 

* = voir instructions dans les consignes de passation                                                             TOTAL    / 30

 

***

FERMEZ LES YEUX

 

***

 

 

 Mini_Mental_State_Examination_MMSE-02

 

 Télécharger le formulaire MMSE en format PDF




ECHELLE KATZ

ECHELLE KATZ OU ANNEXE 41

echelle_KATZ

ECHELLE D’EVALUATION JUSTIFIANT

LA DEMANDE D’INTERVENTION DANS UNE INSTITUTION DE SOINS

Présentation:





Pour introduire votre notification ou votre demande pour des soins d’hygiène (toilette) à l’acte ou dans le cadre de forfaits, vous devez remplir cette échelle d’évaluation (Katz) et la faire parvenir aumédecin-conseil de la mutualité de votre patient via MyCareNet.

ANNEXE 41

A envoyer sous enveloppe fermée au médecin-conseil

ECHELLE D’EVALUATION JUSTIFIANT

LA DEMANDE D’INTERVENTION DANS UNE INSTITUTION DE SOINS

 

Identification du bénéficiaire :                                                              Numéro INAMI de l’institution :………………………………….

 

NOM – Prénom :…………………………………………………………………………
Numéro national :………………………………………

 

  1. Echelle (ne compléter que la colonne ‘nouveau score’ en cas de première évaluation)
CRITERE Ancien

Score

Nouveau

Score

1 2 3 4
SE LAVER est capable de se laver complètement sans aucune aide a besoin d’une aide partielle pour se laver au-dessus ou en dessous de la ceinture a besoin d’une aide partielle pour se laver tant au-dessus qu’en dessous de la ceinture doit être entièrement aidé pour se laver tant au-dessus qu’en dessous de la ceinture
S’HABILLER est capable de s’habiller et de se déshabiller complètement sans aucune aide a besoin d’une aide partielle pour s’habiller au-dessus ou en dessous de la ceinture (sans tenir compte des lacets) a besoin d’une aide partielle pour s’habiller tant au-dessus qu’en dessous de la ceinture doit être entièrement aidé pour s’habiller tant au-dessus qu’en dessous de la ceinture
TRANSFERT et

DEPLACE-
MENTS

est autonome pour le transfert et se déplace de façon entièrement indépendante, sans auxiliaire(s) mécanique(s), ni aide de tiers est autonome pour le transfert et ses déplacements moyennant l’utilisation d’auxiliaire(s) mécanique(s) (béquille(s), chaise roulante…) a absolument besoin de l’aide de tiers pour au moins un des transferts et/ou ses déplacements est grabataire ou en chaise roulante et dépend entièrement des autres pour se déplacer
ALLER A LA TOILETTE est capable d’aller seul à la toilette, de s’habiller et de s’essuyer a besoin d’aide pour un des trois items: se déplacer ou s’habiller ou s’essuyer a besoin d’aide pour deux des trois items: se déplacer et/ou s’habiller et/ou s’essuyer doit être entièrement aidé pour les trois items: se déplacer et s’habiller et s’essuyer
CONTINENCE est continent pour les urines et les selles est accidentellement incontinent pour les urines ou les selles (sonde vésicale ou anus artificiel compris) est incontinent pour les urines (y compris exercices de miction) ou les selles est incontinent pour les urines et les selles
MANGER est capable de manger et de boire seul a besoin d’une aide préalable pour manger ou boire a besoin d’une aide partielle pendant qu’il mange ou boit le patient est totalement dépendant pour manger ou boire

 

CRITERE 1          2 3 4
TEMPS (2) pas de problème de temps en temps, rarement des problèmes des problèmes presque chaque jour totalement désorienté ou impossible à évaluer
ESPACE (2) pas de problème de temps en temps, rarement des problèmes des problèmes presque chaque jour totalement désorienté ou impossible à évaluer

 

OU : le patient a été diagnostiqué comme souffrant de démence à la suite d’un bilan diagnostique spécialisé en date du ………………

 

Sur base de l’échelle d’évaluation reprise ci-dessus :  –   la catégorie O  catégorie A   catégorie B     catégorie C               catégorie Cdément                                                                                             catégorie D  est demandée (1)

 

                                                                                           –     un accueil en centre de soins de jour est demandé (1)

 

  1. Raisons qui justifient le changement de catégorie (uniquement en cas d’aggravation) :
 

 

 

 

 

 

  1. Le Médecin (obligatoire si la catégorie D est demandée ou si aggravation de la dépendance moins de 6 mois après changement d’échelle lors du dernier contrôle) ou le praticien de l’art infirmier :
Nom et numéro Inami ou cachet du médecin

Nom de l’infirmier(ère) responsable (1)

 

 

Date :

 

……………../……………………/……………

 

Signature

 

 

 

 

Annexe 41 (verso)



Catégories de dépendance

maison de repos pour personnes âgées – maison de repos et de soins

Sur base de l’échelle d’évaluation, reprise au recto, les catégories de dépendance sont déterminées comme suit (le bénéficiaire est considéré dépendant lorsqu’il obtient un score de «3» ou «4» pour le critère concerné) :

 

Catégorie O : y sont classés les bénéficiaires qui sont totalement indépendants physiquement et             psychiquement ;

 

Catégorie A : y sont classés :

– les bénéficiaires qui sont dépendants physiquement :

ils sont dépendants pour se laver et/ou s’habiller ;

– les bénéficiaires dépendants psychiquement :

ils sont désorientés dans le temps et dans l’espace, et

ils sont entièrement indépendants physiquement ;

 

Catégorie B : y sont classés :

– les bénéficiaires qui sont dépendants physiquement :

ils sont dépendants pour se laver et s’habiller, et

ils sont dépendants pour le transfert et déplacements et/ou aller à la toilette ;

– les bénéficiaires dépendants psychiquement :

ils sont désorientés dans le temps et dans l’espace, et

ils sont dépendants pour se laver et/ou s’habiller ;

 

Catégorie C : y sont classés :

– les bénéficiaires qui sont dépendants physiquement :

ils sont dépendants pour se laver et s’habiller, et

ils sont dépendants pour le transfert et déplacements et aller à la toilette, et

ils sont dépendants pour incontinence et/ou pour manger ;

 

Catégorie D :  y sont classés les bénéficiaires diagnostiqués comme souffrant de démence à la suite d’un  bilan diagnostique spécialisé de la démence effectué par un médecin spécialiste en neurologie, en gériatrie ou en psychiatrie ;

 

Catégorie C dément : y sont classés :

– les bénéficiaires dépendants psychiquement :

ils sont désorientés dans le temps et dans l’espace ou

ils ont été diagnostiqués comme souffrant de démence à la suite d’un bilan diagnostique

spécialisé de la démence effectué par un médecin spécialiste, et

ils sont dépendants pour se laver et s’habiller, et

ils sont dépendants pour incontinence, et

ils sont dépendants pour le transfert et déplacements et/ou pour aller à la toilette

et/ou pour manger.

 

Critères de dépendance

centre de soins de jour

 

Le bénéficiaire doit satisfaire aux critères de dépendance suivants :

 

  • soit il est dépendant physiquement :

il est dépendant pour se laver et s’habiller, et

il est dépendant pour le transfert et déplacements et/ou aller à la toilette ;

 

  • soit il est dépendant psychiquement :

il est désorienté dans le temps et dans l’espace et

il est dépendant pour se laver et/ou s’habiller ;

 

  • soit il a été diagnostiqué comme souffrant de démence à la suite d’un bilan diagnostique spécialisé de la démence effectué par un médecin spécialiste en neurologie, en gériatrie ou en psychiatrie.

(1) Biffer la mention inutile.

(2) Ne pas compléter si le patient a été diagnostiqué comme souffrant de démence à la suite d’un bilan diagnostique spécialisé.

Télécharger formulaire_mrs_echelle_katz