Archives for Non classé

BIEN DISTINGUER LES ÉDULCORANTS INTENSES ET LES ÉDULCORANTS DE MASSE

Bien connaître les édulcorants de synthèse

On distingue les édulcorants intenses et les édulcorants de masse:

– Les édulcorants intenses:

Ce sont des substances chimiques. Ils ont un pouvoir sucrant supérieur au saccharose (sucre de table). Ce sont des édulcorants acaloriques et ils n’ont pas d’influence sur la glycémie et ne provoquent pas de caries. Des doses journalières admises (D.J.A.) ont ainsi été fixées pour chaque édulcorant intense. Elles sont exprimées en mg d’édulcorant par kilo de poids corporel et par jour.


Attention la vigilance s’impose pour les enfants! En effet, leur poids corporel est moins élevé. On essayera d’éviter au maximum le recours aux édulcorants intenses chez eux.

L’aspartame a été découvert en 1965 et est un dipeptide. Son pouvoir sucrant est 180 à 200 fois supérieur à celui du saccharose. Il est déconseillé pour la cuisson. A température ambiante, sa stabilité est optimale entre un pH de 3 -> 5; c’est précisément, la zone de pH dans laquelle se situent les boissons gazeuses light. L’aspartame est métabolisé dans le tractus gastro-intestinal en phénylalanine, acide aspartique et méthanol.

L’aspartame provoque-t-il une sécrétion d’insuline?

L’aspartame n’a aucun effet métabolique sur la sécrétion d’insuline.

– Les édulcorants de masse:

Ce sont principalement des polyols. Ce sont des sucres issus de végétaux comme le sorbitol, le mannitol, le xylitol, le maltitol, l’isomalt, le lactitol. Leur pouvoir sucrant est généralement inférieur ou égal à celui du saccharose. Certains ont une action rafraîchissante comme le sorbitol. Leur désavantage majeur est d’être laxatif pour une consommation estimée à plus de 50 grammes par jour. Le seuil de tolérance est cependant individuel et on estime qu’une consommation de 20 grammes ne pose pas de problème (soit 4 à 5 pralines adoucies au maltitol par exemple). Le sorbitol, le mannitol et surtout le xylitol sont utilisés dans les chewing-gum et bonbons.

Un mot sur les édulcorants naturels:

– La stévia est un édulcorant naturel qui n’apporte pas de calories. Le pouvoir sucrant de ses feuilles pulvérisées est de 40. Purifié, il peut monter jusqu’à 300 ou 400. La stévia est une plante d’Amazonie, principalement cultivée au Paraguay, en Argentine et en Chine. – Le tagatose est un sucre naturel obtenu à partir du lactose. Il a peu d’influence sur la glycémie, ne provoque pas de caries et est moins calorique que le sucre. – N’oublions pas le saccharose: notre bon vieux sucre de table qui est extrait de la betterave sucrière, de la canne à sucre ou de l’érable. Il apporte 4 Kcal par gramme.

D’hoeraene Sophie

Hépatite C

LE VIRUS HÉPATITE C EST UN VIRUS TRANSMIS PAR LE SANG

Par quelles voies peut-on être infecté ?

. Par l’échange de seringues utilisées pour s’injecter de la drogue et en l’absence de règle d’hygiène impératives et élémentaires. Une seule aiguille contaminée peut suffire !

. Lors d’un tatouage ou d’un percing, si les mesures d’hygiène et de désinfection laissent à désirer.

. Lors d’une transfusion sanguine, d’une intervention chirurgicale (instruments souillés), d’une transplantation d’organe d’un donneur  infecté par le virus de l’hépatite C. En Belgique, depuis 1990, tous les dons de sang et les organes à transplanter sont analités. Ce n’est pas le cas dans certains pays en voie de développement. Prudence !

. Les professionnels de la santé, en particulier dans les services d’urgence, en milieu hospitalier, et qui sont en contact avec des plaies, du sang…, doivent faire preuve d’une grande vigilance.

. Vous pouvez être porteur du virus de l’hépatite C si votre maman était infectée lorsqu’elle a accouché : 5% des enfants nés d’une mère infectée par le virus de l’hépatite C sont eux aussi infectés. Il n’existe actuellement aucune méthode ni aucun traitement permettant d’éviter le risque de transmission mère-enfant.

. Suite à des rapports sexuels non protégés.

. Ne pas utiliser le rasoir, les ciseaux à ongles, le peigne, la brosse à dents, la lime à ongles d’une personne atteinte d’hépatite C.

sachez, toutefois, que l’hépatite C ne se transmet no par la salive, ni par les mains, les postillons, la toux, ni par simple contact tactile, en buvant dans un même verre, en mangeant dans la même vaisselle, ni via l’alimentation, l’eau, les toilettes, les sanitaires, pas plus que par l’allaitement (sauf en cas de crevasses ou de plaies suintantes ou saignantes au niveau des tétons).