Archives for Soins - Page 3

PROJET DE FORMATION EN ART INFIRMIER PROJET 600

projet-600Qu’est-ce que le projet 600 ?

Le projet 600 est un projet de formation pour les travailleurs du secteur fédéral privé des services de santé. Il offre la possibilité d’entamer des études en art infirmier en 3 années scolaires maximum tout en maintenant la rémunération.


Qui peut participer ?

Quel est le principal avantage ?
Vous êtes intéressé(e) ?

Les travailleurs de certains sous-secteurs relevant du secteur fédéral des services de santé, secteur privé.
Le projet offre la possibilité d’entamer des études en art infirmier en 3 années scolaires maximum tout en maintenant sa rémunération.
!Vous pouvez vous inscrire jusqu’au 15 mai 2015. !Le dépliant d’information et les formulaires d’inscription sont à votre disposition chez votre employeur ou sur le site www.finss-ifg.org

Que propose le projet 600 ?

Le travailleur retenu pour ce projet pourra s’absenter de son lieu de travail pour suivre la formation à partir du 1er jour de la rentrée scolaire (+/- 1er ou +/- 15 septembre selon la formation) jusqu’à la fin de celle-ci. Durant cette période, l’employeur continuera à verser au travailleur son salaire (barème de base en proportion du temps de travail et de l’ancienneté) et les autres avantages auxquels il a droit selon son contrat de travail et les conventions collectives sectorielles (ex : prime de fin d’année, pécule de vacances, frais de transport).

Le contrat de travail ne sera ni interrompu ni modifié pendant la formation
Le travailleur réintégrera son poste de travail durant les mois de vacances scolaires d’été jusqu’au 1er jour de la rentrée scolaire suivante (sauf les jours de congés légaux qui devront être pris durant cette période).

Pour quelles études ?

Selon son diplôme de base le travailleur peut choisir entre : ! Le brevet infirmier (ancien A2) ! Le bachelier en soins infirmiers (ancien A2) RMQ: Les candidats suivant la formation en art infirmier via la promotion sociale ont le droit de postuler seulement pour les trois dernières années (3èPS, 4èPS et 5èPS) afin d’être en concordance avec les personnes suivant la formation en cours du jour.
Le choix de l’école est libre. La liste se trouve sur le site web du FINSS.

Les conditions à remplir

Travailler actuellement dans un des sous-secteur suivants relevant du secteur fédéral des services de santé, secteur privé (CP330) : Hôpitaux privés, Maisons de repos et MRS privées (asbl + commerciales), Soins à domicile, Centres de revalidation, Centres de transfusion sanguine de la Croix Rouge, Habitations protégées et Maisons Médicales. ! Avoir actuellement un contrat de travail qui couvre la durée des études au moins à mi-temps ET ne plus être occupé au 01/09/15 en tant que remplaçant d’un travailleur en formation dans le cadre du projet de formation en art infirmier. ! Avoir une ancienneté de minimum 3 années entre le 1er septembre 2010 et le 1er septembre 2015 dans une ou plusieurs institutions relevant du secteur fédéral des services de santé, secteur privé. ! Ne pas déjà être en possession d’un titre en art infirmier (brevet ou bachelier) sauf les titres d’assistant(e)s en soins hospitaliers. ! Répondre aux conditions d’accès à l’enseignement bachelier (A1) ou breveté (A2) en art infirmier. ! Ne pas posséder un diplôme bachelier ou master. ! Ne pas avoir déjà entamé la formation en art infirmier via le projet 600. ! Le travailleur peut participer maximum deux fois aux tests de sélection sur une période de 5 ans. La participation aux tests de sélection antérieure au 1er avril 2013 n’est pas prise en compte.

ET… attention !

Il faut réussir les tests de sélection :
Les candidats qui répondent entièrement aux critères d’accès seront invités à participer aux tests de sélection.
Les tests de sélection comprennent 2 parties : d’abord des tests psychotechniques sur ordinateur. Si le candidat les réussit, il sera invité pour la seconde phase de la sélection (un questionnaire de personnalité informatisé et un entretien avec un psychologue).

La décision définitive concernant la sélection des candidats sera prise par le conseil d’administration du FINSS en fonction du nombre d’inscriptions et des places disponibles.
Les tests de sélection auront lieu de début mai à début juillet !

Plus d’information  sur le site du FINSS: www.finss-ifg.org

ALTERNATIVE AU PROJET 600: Il est vivement conseillé aux candidats qui travaillent dans le secteur des Personnes âgées (MR/MRS) ou des Hôpitaux privés de s’inscrire simultanément au projet 600 et au projet Tremplin vers l’art infirmier . www.secteurpersonnesagees.be www.hopitauxprives.org

VIV banner FR (ref.006-13)

Comment s’inscrire? – Pour le 15 mai 2015




COMMENT VIVRE 100 ANS

vivre-100-ansComment vivre 100 ans… tout en y prenant plaisir

 

Recherche/exposition UCL : « Comment vivre 100 ans… tout en y prenant plaisir »

On vit aujourd’hui en moyenne 40 ans + vieux qu’il y a 1,5 siècle

Quels sont les secrets de la longévité ? Quelles sont nos chances de vivre jusqu’à 100 ans ? Comment les premiers moments de la vie, notre style de vie et notre engagement professionnel façonnent-ils nos parcours de vie ? Comment fonctionne une société qui vieillit ?

Voici quelques questions intrigantes abordées dans une exposition UCL intitulée « Comment vivre 100 ans… tout en y prenant plaisir », présentée au Forum des Halles de Louvain-la-Neuve, du 16 mars au 2 avril 2015.

On y apprend notamment que, depuis le milieu du XIXe siècle, notre espérance de vie a progressé d’environ trois mois chaque année (donc on vit aujourd’hui en moyenne 40 ans + vieux qu’il y a 1,5 siècle).

Le vieillissement de la population, au départ causé par une diminution de la fécondité qui réduit l’importance des jeunes générations, est maintenant porté par un allongement des durées de vie aux âges élevés.

En 2014, la Belgique comptait plus de 1 800 centenaires, et selon les Nations Unies, leur nombre pourrait être multiplié par 8 d’ici à 2050. Cette exposition itinérante a été développée par le réseau Population Europe, et elle est accueillie à Louvain-la-Neuve à l’initiative du Centre de recherche en démographie de l’UCL. Par le biais de textes abordables, de graphiques, d’interviews et de jeux, les visiteurs sont amenés à découvrir, en quelques clics, ce que les changements démographiques signifient pour chacun de nous.

Concrètement, dix thèmes sont présentés sur une stèle illuminée portant une photo. Cette photo permet d’interagir avec un iPad présentant le contenu de l’exposition sur cette thématique. Un encadré portant spécifiquement sur la population de la Belgique est disponible. Par exemple, saviez-vous que 9 centenaires sur 10 en Belgique sont des femmes ? Que l’espérance de vie des femmes a doublé depuis 1845 ?

Que les célibataires font face à des risques de décès plus élevés que les personnes mariées ? Une exposition de photos illustrant la diversité démographique de Louvain-la-Neuve est présentée en parallèle, par les étudiants du kot-à-projets UCL, Photokot.

Par le biais de cette exposition, le Centre de recherche en démographie de l’UCL invite le grand public à un voyage dans le futur de notre société européenne vieillissante. L’objectif est de réaffirmer la place des changements démographiques au coeur de nos vies quotidiennes et des grands défis de notre société. De nombreux résultats scientifiques présentés dans cette exposition trouvent un écho dans les travaux menés à l’UCL. Par exemple, les démographes de l’UCL mènent des recherches sur les inégalités face au décès, la planification des besoins de soins de santé pour les personnes âgées ou les enjeux du vieillissement à domicile en Wallonie.

 

INFOS PRATIQUES

Infos ? www.uclouvain.be/demo
Quand et où ? Du 16 mars au 2 avril 2015, de 9h à 20h du lundi au vendredi, et de 11h à 17h les samedis – Forum des Halles de Louvain-la-Neuve (entrée libre)
Qui ? Ester Rizzi, coordinatrice de l’exposition pour l’UCL : ester.rizzi@uclouvain.be
Thierry Eggerickx, professeur de démographie à l’UCL : thierry.eggerickx@uclouvain.be

Votre contact Louvin-la-Neuve
Isabelle SECOSTER – 010 47 88 70 ou 0487 42 62 20 ou isabelle.decoster@uclouvain.be

 

 

 

LE TRAVAIL DE DEMAIN

l'avenirCongrès du SETCa : Le travail de demain

Le thème central de notre congrès sera « le travail de demain ». Nous ne sommes pas les seuls à y penser. L’OIT (l’Organisation internationale du Travail) vient de publier elle aussi un épais rapport sur les perspectives socio-économiques à travers le monde. Ce rapport confirme notre analyse dans la perspective de notre 18ème congrès statutaire les 4, 5 et 6 mars prochains.

Le secteur des services et des soins, moteur de la création d’emploi

Sans surprise, le rapport affirme que dans les prochaines années, la plupart des emplois seront créés dans les secteurs privés des services, dans le non-marchand mais aussi dans les services publics. Il prévoit en revanche une stagnation pour l’emploi industriel.

Augmentation des emplois hautement qualifiés et impact sur les salaires et les inégalités

Selon le rapport de l’OIT, ce glissement de l’emploi génère d’importants changements au niveau des connaissances et compétences demandées par le marché du travail. Les emplois routiniers dans le segment intermédiaire du marché du travail peuvent être facilement automatisés. Toutes sortes de nouvelles possibilités technologiques accélèrent par ailleurs ce processus : robotisation dans l’industrie, traitement numérique des données dans les services administratifs, etc. Les travailleurs perdant leur emploi dans de telles circonstances devront s’approprier de nouvelles connaissances et compétences ou atterriront sur le marché des emplois peu qualifiés.
Le rapport de l’OIT souligne à juste titre qu’il y a une demande croissante en faveur d’emplois nécessitant un contact physique direct avec des clients ou des patients, comme pour les services personnels ou le secteur des soins. Il existe bien sûr d’importantes différences régionales : les emplois moyennement qualifiés disparaîtront plus rapidement dans les économies développées, comme chez nous, plutôt que dans les nouvelles économies encore en plein développement. Le rapport conclut à cet égard que la polarisation entre emplois hautement et peu qualifiés a un impact direct sur les revenus du travail.

L’augmentation du nombre d’emplois aux deux extrémités de l’échelle des compétences au détriment des emplois intermédiaires contribuera à accentuer les inégalités salariales. L’OIT ajoute par ailleurs que ces tendances mettent en exergue l’importance d’offrir aux travailleurs les possibilités de s’approprier les nouvelles technologies.

18ème congrès statutaire du SETCa





Ceci nous amène au thème central de notre congrès, qui se tiendra d’ici quelques semaines : comment pouvons-nous, comme syndicat, dessiner l’avenir avec nos membres et militants ? Car il est évident que cet avenir sera différent d’aujourd’hui. À côté des problèmes quotidiens que rencontrent les employé et les cadres (et auxquels nous prêterons bien sûr aussi l’attention voulue), nous devons également regarder en avant, développer une vision sur le travail de demain et préparer notre action syndicale en fonction. Les discussions battent leur plein dans nos sections.
Des questions fondamentales sont sur la table. Comment pouvons-nous avoir plus d’emprise sur l’organisation du travail ? La durée de travail ne doit-elle pas être réduite compte tenu de la productivité en hausse grâce aux nouvelles technologies ? Comment pouvons-nous avoir de l’emprise sur les investissements dans ces technologies ? Quelle action syndicale faut-il dans un environnement de travail de plus en plus fragmenté, où les décisions ne sont plus prises dans notre pays ? Plus encore qu’aujourd’hui, la mobilité et la formation devront faire partie de notre agenda syndical. Et il n’est pas question uniquement d’inégalités entre 1% et les 99 autres, les inégalités salariales s’accentuent aussi entre les travailleurs.
Les débats à propos de ces importants défis doivent engendrer de bonnes résolutions qui traceront la voie que nous, syndicats, emprunterons au cours des prochaines années.



LE SUICIDE DES PERSONNES ÂGÉES

Depliant-suicide sans-titreConférence « Le suicide des personnes âgées »

 
Le taux de suicide augmente avec l’âge et plus fortement encore chez les
hommes au-dessus de 70 ans. La thématique du suicide chez les seniors n’est pas assez abordée et il importe d’informer largement à ce sujet.
Pour cette raison, Un pass dans l’impasse et Espace Seniors (réseau associatif de Solidaris – Mutualité Socialiste) organisent une conférence intitulée « Le suicide des personnes âgées : comprendre, prévenir, agir ».
Cette conférence aura lieu le 5 février 2015 à Namur, lors de la journée francophone de la prévention du suicide.
Programme :
8h30 : Accueil des participants.
9h00 : Introduction : Jacques BRAGGAAR, Secrétaire Général Adjoint de l’Union Nationale des Mutualités Socialistes, Président de l’asbl « Un pass dans l’impasse ».
9h10 : « Les seniors au cœur de notre préoccupation »
Florence RINGLET, Directrice Thérapeutique de l’asbl « Un pass dans l’impasse ».
9h20 : « Pour une intégration sociale des seniors : agir pour leur bien-être »
Mara BARRETO, Chargée de projets de l’asbl « Espace Seniors ».
9h30 : « Agisme et jeunisme : conséquences méconnues sur la santé de nos aînés et sur nos actes de soins » Stéphane ADAM, professeur de psychologie du vieillissement à l’Université de Liège, Responsable de l’Unité de Psychologie de la Sénescence.
10h20 : Pause-café
10h35 : « De perte en perte, quand vieillir nous donne « l’en-vie » de mourir… »
Vera LIKAJ, psychologue et psychothérapeute, enseignante et formatrice.
11h25 : « Pourquoi et comment parler de la mort avec les personnes âgées ? » Dr. Cécile BOLLY, médecin et psychothérapeute, chargée de cours (HERS et UCL).
12h15 : Conclusion : Dr. Bernard TOUBEAU, Président de l’asbl « Espace Seniors ».
12h30 : Lunch
Modérateur : Dr. Bernard TOUBEAU.
Renseignements pratiques :
Date et horaire : Le jeudi 5 février 2015 • De 8h30h à 12h30.
Lieu : Centre de formation des Mutualités Socialistes wallonnes
Chaussée de Waterloo, 182 • 5002 Namur.
Accès : Nous vous suggérons de prendre les transports en commun. Nous ne sommes pas en mesure de vous garantir une place de parking. Si vous vous rendrez en voiture, nous vous conseillons de vous garer à l’extérieur de la Mutualité.
Reconnaissance comme journée de formation continue pour les directeurs et le personnel de maisons de repos.
Accréditation INAMI acceptée pour les médecins (3 crédit points en Ethique et Economie).
Les inscriptions sont clôturées, une liste d’attente est mise en place ! Une seconde conférence est d’ores est déjà organisée le jeudi 10 septembre 2015 !
Pour plus d’informations, prenez contact avec le  Centre de prévention du suicide et d’accompagnement « Un pass dans l’impasse » asbl   081/777.150 –  info@lesuicide.be
Vous pouvez également consulter notre dépliant « Le suicide des personnes âgées : comprendre, prévenir, agir« .

DU SOUTIEN POUR LES AIDANTS PROCHES EN WAPI

Aidez les proches

Vous êtes un aidant proche si vous prenez soin d’un parent ou d’un proche en situation de dépendance. Mais vous, qui vous écoute et vous soutient?

C’est dans le but de rendre le quotidien des aidants proches plus supportable que nous avons mis en place, en collaboration avec les Services de Soins à Domicile (CSD), un groupe de paroles « De proche en proches » en Wallonie Picarde.

Une occasion de souffler pour les aidants

En pratique, le groupe de parole se réunit chaque mois pendant 2 heures et il est encadré par une animatrice et par un(e) psychologue.

Ce groupe permet aux aidants proches de souffler, de s’accorder une pause et surtout de parler librement en toute confidentialité.

Ce groupe permet aux aidants proches de souffler, de s’accorder une pause et surtout de parler librement en toute confidentialité.

Une première séance d’information est prévue le vendredi 30 janvier à 18h dans les bâtiments de la Mutualité Solidaris Mons – Wapi au 48 de la rue du fort à Ath.

Voici le programme :
18h00 : Présentation d’Espace Seniors
18h15 : « L’aide aux aidants »
18h45 : Témoignages d’aidants
19h15 : Pause
19h30 : Les aides disponibles aux aidants
19h45 : Questions/Réponses
20h00 : Clôture

Pour plus d’informations et pour vous inscrire, vous pouvez contacter Antonina Malaguarnera au 069/76 55 10 ou par mail via l’adresse antonina.malaguarnera@solidaris.be