en_cas_de_maladieQUE FAIRE EN CAS DE MALADIE ?

​Tout ce qui change en 2016

Lorsque vous tombez malade et que vous êtes incapable de vous rendre au travail, vous devez avertir le plus rapidement possible votre employeur ou votre caisse d’assurance chômage afin de vous assurer de continuer à percevoir un revenu.
Mais attention, vous devez également prévenir votre mutualité !
Si votre mutualité n’est pas au courant de votre maladie, vous ne recevrez pas d’indemnités d’incapacité de travail.

À partir du 1er janvier 2016,  la procédure est modifiée en profondeur. L’occasion de revenir sur les différentes démarches à remplir lorsque vous êtes en incapacité de travail.

Qui avertir ?

1. Informez votre employeur via un certificat médical « classique ». Si vous êtes demandeur d’emploi, indiquez “M” sur votre carte de contrôle pour les jours correspondants à votre incapacité de travail
2. Prévenez votre mutualité via le « certificat d’incapacité de travail »;

Quand avertir la mutualité ?

• Si vous êtes ouvrier, vous avez 14 jours calendrier (à dater du début de l’incapacité, samedi et dimanche compris) pour déclarer votre maladie à votre mutualité.
• Si vous êtes employé ou indépendant (sous certaines conditions), vous disposez de 28 jours pour le faire.
• Si vous êtes demandeur d’emploi indemnisé, vous devez communiquer à votre mutualité votre incapacité de travail dans les 48 heures.

Avertir trop tard, que risquez-vous ?

Une déclaration rentrée tardivement entraine une diminution de 10% du montant journalier des indemnités. La sanction court depuis la date du début d’incapacité jusque et y compris le jour d’envoi du certificat (le cachet de la poste faisant foi).

Que se passe-t-il au moment de la date de fin de votre incapacité ?

– Vous reprenez le travail avant la date de fin mentionnée sur le certificat : informez immédiatement votre mutualité par téléphone et transmettez-lui votre carte de reprise complétée par votre employeur. Si vous êtes demandeur d’emploi, indiquez votre reprise anticipée sur votre carte de contrôle.
– Vous retournez travailler ou vous reprenez votre recherche d’emploi le lendemain de la fin de votre incapacité : dans ce cas, vous ne devez rien faire.
– Vous êtes toujours malade à la date de fin de votre certificat ou vous recommencez à travailler mais retombez malade dans les 14 jours : faites compléter un nouveau «certificat d’incapacité de travail» par votre médecin avec une nouvelle date de fin et renvoyez-le dans les 48 heures.

Source www.solidaris.be